« Mais n’te promène pas toute nue » et « Feu la mère de madame »

« Mais n’te promène pas toute nue » et « Feu la mère de madame »

Pour fêter dignement les trente ans de la compagnie, la Tête de Mule s’attaque à deux pièces en un acte parmi les plus célèbres de Georges Feydeau.

« Mais n’te promène donc pas toute nue » : Le député Ventroux se plaint que son épouse se promène sans cesse en tenue légère dans l’appartement, alors qu’il doit recevoir un important indusriel susceptible de servir sa carrière politique…

« Feu la mère de madame » : Un homme rentre chez lui en pleine nuit, passablement éméché. Alors que sa femme l’accable de reproches et que la dispute ne cesse d’enfler, un domestique les interrompt pour annoncer le décès de la mère de madame…

Dans la dernière partie de sa vie, le dramaturge décrira avec une noirceur de plus en plus grande l’enfer quotidien du couple petit-bourgeois, dans lequel l’amour n’a nullement sa place, au contraire des veuleries, humiliations, ainsi que la crainte obsessionnelle du qu’en-dira-t-on.

Inutile de rappeler que cette mécanique de précision tient surtout par un éclat de rire permanent !

Ce 35ème spectacle de la compagnie sera donné du 22 au 27 juillet, à 20h30 salle Devosge.

3 réactions au sujet de « « Mais n’te promène pas toute nue » et « Feu la mère de madame » »

  1. Ce fut une formidable création et nous annonçons aux très nombreux spectateurs qui ne purent entrer que ce spectacle sera repris à Dijon dans la prochaine édition de « La Fontaine Du Rire » !

  2. Très bon spectacle avec de beaux décors et de beaux costumes, bonne qualité de la mise en scène et très bons comédiens. J’ai vraiment passé un excellent moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

E4hS

Please type the text above:

Contact Form Powered By : XYZScripts.com