Édition 2007

Édition 2007

J’suis bien
de et par Les Frères Brothers (Bordeaux)
Les quatre Frères Brothers montrent là tout leur talent scénique et vocal, au fil d’un spectacle composé de chansons issues de leur répertoire déjanté, mais aussi d’oeuvres de «grands »revisitées avec l’humour et l’esprit qui les caractérisent. Proximité avec le public, complicités diverses, brocardages et rires sont plus que jamais présents ! Un grand moment de chant, un beau spectacle de rire, une bouffée d’air et de folie qui remplit les salles d’un public ravi de les voir franchir ainsi le mur du son !
26 et 27 janvier 2007

George Dandin
de Molière par La Sarbacane Théâtre (Pontarlier)
Comment jouer Molière au 21e siècle sans tomber dans le déjà vu ? Une mise en scène décalée permet de donner au texte une nouvelle dimension. Un George Dandin dans l’esprit du cartoon, truffé de chausse-trapes, de poursuites et de caricatures. Afin d’amplifier encore la notion de décalage, les costumes rappellent les athlètes des années 1930, mettant en évidence le côté compétition de cette pièce ; George Dandin endosse la tenue de coureur à pied, Angélique celle d’une joueuse de tennis, Claudine est sa ramasseuse de balles, Clitandre s’escrime et les époux Sotenville sont golfeurs de haut niveau !
02 et 03 février 2007

Les Biscuits Roses
de Franz Bartelt par La Compagnie La Strada (Troyes)
Une succession de croquis, d’esquisses, d’humeurs, de scènes de la vie ordinaire à l’instar de ses romans, dans un registre tour à tour goguenard, tendre, loufoque ou cruel. Les pièces de Bartelt trimballent des ombres étonnées de vivre et résonnent de ce vide existentiel qui parfois apporte à l’ordinaire la saveur du sublime ! « Dans un pot de yaourt à 100%, tu as 100% de yaourt. Rien de plus. Alors que dans un pot à 0%, tu as 100% de yaourt plus 0% de matière grasse. Je suis adepte du 0%. C’est une manière de communier avec le vide cosmique. »
09 et 10 février 2007

Macbett
d’Eugène Ionesco par La Tête de Mule (Dijon)
Pièce peu connue du répertoire contemporain, insolite et jubilatoire, elle bouleverse et transcende les frontières bien établies entre les différents genres théâtraux. Au souffle shakespearien, Ionesco ajoute l’humour et la loufoquerie car jouer avec les mots ou les situations décalées est pour lui une délivrance, le seul moyen de dédramatiser notre sombre condition… « La plus noire et la plus drôle des pièces du maître de l’absurde » disait en une La Nouvelle Revue Française
16 et 17 février 2007

Patrik Cottet Moine
de et par Patrik Cottet Moine (Paris)
Sans un mot, par des gestes d’une précision de chirurgien, ses expressions impayables et ses bruitages hallucinants, ce mélange détonnant de Buster Keaton et de Jacques Tati fait vivre des personnages plus vrais que nature dans des situations cocasses. Défilent entre autres le pêcheur aux prises avec un poisson récalcitrant, Zorro empêtré dans sa cape, un groupe de rock caricatural ou une championne de tennis éliminant ses adversaires à la Kalachnikov… C’est fin, inventif, parfois poétique et évidemment extrêmement drôle !
23 et 24 février 2007

Chasseloup…en plein concert !
de et par Philippe Chasseloup (Nantes)
Chasseloup est un chanteur qui s’accompagne à la guitare comme Georges Brassens, Kurt Cobain ou Sœur Sourire. Toutes les paroles des chansons sont prononcées par la bouche tandis qui simultanément, les deux mains pratiquent la guitare. Le rôle de chaque main est d’offrir une terminaison élégante et ludique à chacun des bras. Les influences du chanteur Chasseloup sont très diverses sans toutefois aller jusqu’à Michel Sardou…
16 et 17 mars 2007

Mano a mano
de et par Le Théâtre du Chapeau (Bordeaux)
Gaston Lacouture et Pénélope Berthier vous embarquent dans leur univers onirique et décalé. Un dentiste infernal, un tango argentin, un concours d’avions loufoque, autant de prétextes pour se mettre dans tous leurs états. Des personnages attachants, entiers, sans complaisance et terriblement drôles. A recommander aux plus moroses ! Dans le courant des nouveaux clowns, ce spectacle est au somment de la vague : brillantissime !
23 et 24 mars 2007

Eve et les 7 péchés capitaux
de Bruno George par La Compagnie Marc Galabru (Valras)
Librement inspirée par l’épisode biblique d’Adam et Eve, Corinne Tissier croque avec un humour gourmand les tentations auquelles le couple succombe, enchaînant les mots crus, les calembours adroits et les clins d’œil subtils. Seule en scène, la comédienne live une interprétation aussi personnelle qu’hilarante des 7 péchés capitaux… Dans la plus pure tradition du café-théâtre, cette fable drôle et grinçante évoque les déboires de la vie conjugale, racontés au débotté par la première des femmes !
30 et 31 mars 2007

Primadonna
de Dimma Vezzani par Le Théâtre de l’Eucalyptus (Cavalaire)
Trois femmes, trois histoires, trois parcours se mêlent pour raconter en filigrane l’histoire des premières comédiennes, celles qui ont donné une dignité à ce métier ! Elles jouent, chantent, se livrent, se laissent prendre par le plaisir de la comédie, de la transformation, de la pirouette jusqu’à ce que le masque reprenne sa dimension… Ce n’est plus alors que de la COMMEDIA DEL’ARTE.
06 et 07 avril 2007

Au fond, c’est pas si grave
de Xavier Durringer, Dominique Chevaucher et Bénédicte Lafond par La Compagnie Un Deux Trois Soleil (Pau)
Deux univers se croisent et se superposent : celui de Xavier Durringer, où les femmes disent leur solitude, leur incompréhension avec des accents de révolte, des larmes mais aussi avec tendresse et humour ! Et celui des deux comédiennes, qui ont bâti des portraits hauts en couleur à partir d’un travail de recherche sur l’univers de la bande dessinée et de la presse féminine. Elles sont « une » et toutes à la fois, nous confiant leurs maux, grands et petits… Drôle et très émouvant !
13 et 14 avril 2007

Contact Form Powered By : XYZScripts.com